Maximiser l’expérience collaborateur : le rôle crucial du manager

Maximiser l’expérience collaborateur : le rôle crucial du manager

De nos jours, les attentes des collaborateurs évoluent et les défis du monde du travail se multiplient. L’engagement des employés devient un enjeu crucial pour la performance et la sérénité des entreprises. Selon l’entreprise Gallup, en 2023, seulement 7% des français se disent engagés au travail. Au cœur de cette dynamique, le manager se positionne davantage comme un acteur clé, jouant un rôle dans l’implication et la mobilisation des équipes. Il n’est plus qu’un simple leader, il se doit de donner un sens au travail, de cultiver la confiance tout en créant un environnement propice à l’épanouissement de ses collaborateurs.

1. Bien-être et motivation des collaborateurs au travail

Avant de comprendre vraiment en quoi le manager est la pierre angulaire du bien-être de ses collaborateurs, intéressons-nous à ce que recherchent les collaborateurs au travail. Au-delà du salaire, de nombreux facteurs contribuent à l’engagement des collaborateurs et à leur épanouissement professionnel. Tout d’abord, l’ambiance de travail est essentielle au bien-être des collaborateurs. Se sentir bien dans son équipe, pouvoir tisser des liens et partager des moments de convivialité sont des facteurs importants pour la motivation et l’implication de tous. Par ailleurs, se sentir valorisé et reconnu par son manager et son équipe est aussi un besoin fondamental pour tout collaborateur. La reconnaissance peut être de multiples formes : des primes, des félicitations formelles voire uniquement des remerciements et encouragements verbaux.

Un climat positif de travail sain passe par un respect mutuel malgré une hiérarchie bien appliquée au sein de l’entreprise. De plus, adhérer aux valeurs de l’entreprise est aussi un facteur d’engagement. Chaque collaborateur doit se sentir en accord avec les objectifs de son équipe, mais aussi ses propres missions pour être pleinement motivé. Enfin pour terminer, faire partie d’une équipe dynamique et ambitieuse qui travaille sainement sur un projet qui leur plaît à tous, assure un engagement important dans chaque équipe. Pour conclure, investir dans le bien-être et dans l’épanouissement des collaborateurs est un investissement gagnant-gagnant pour les entreprises et leurs employés.

A lire aussi : 6 « musts haves » pour une culture d’apprentissage réussie

2. L’importance du manager dans l’expérience collaborateur

Étant en communication directe avec les employés, le manager occupe une place centrale dans l’expérience collaborateur. Son rôle semble crucial et influent au sein des équipes, les managers incarnent la culture d’entreprise et les valeurs de l’organisation. En effet, en plus d’être le premier représentant de la direction auprès des collaborateurs, il est également garant de la transmission de la vision, des valeurs et des objectifs de l’entreprise. Il se doit de les incarner dans ses actions et de les transmettre dans ses décisions managériales. En étant également garant d’une communication fluide et transparente, le manager est attentif aux besoins de ses équipes, leur offrant ainsi l’opportunité de faire entendre leur voix. En 2023, 48% des Français manquent de sens au travail et 63 % pensent que c’est au manager d’en donner (Gallup).

Mais pour cela, le manager doit également jouer un rôle essentiel dans l’épanouissement des collaborateurs. Il doit être en mesure de repérer tant leurs capacités que leurs difficultés, tout en développant leurs compétences. Le bien être des collaborateurs crée un climat de confiance, de respect et d’épanouissement des équipes. Enfin, le manager est avant tout un leader qui inspire par son exemplarité. Son statut peut pousser les collaborateurs à se challenger et à se dépasser pour atteindre leur plein potentiel.

3. Les caractéristiques d’un “bon manager”

Comme dit précédemment, un bon manager n’est pas qu’un simple superviseur. Le monde du travail évolue quotidiennement et un manager doit faire preuve d’adaptabilité face aux situations inédites. Il doit également ajuster son comportement et sa communication en fonction des situations et des besoins de ses pairs. 

En plus de fédérer ses équipes autour d’une vision commune, il doit lui-même ne jamais cesser de développer ses propres compétences en s’appropriant de multiples techniques managériales. La communication explicite est l’une des compétences essentielles du manager car il se doit de donner des instructions précises, de formuler des critiques constructives et d’avoir un discours clair et précis. Cette dernière est essentielle pour désamorcer les tensions, trouver des solutions tangibles afin de maintenir un climat de travail sain.

Le manager se doit également de s’investir dans le développement des compétences de ses collaborateurs pour les accompagner. Il encourage la formation, le coaching et l’apprentissage continu de ses équipes afin de les faire monter en compétences.

4. Le coach d’entreprise, un soutien au manager

Face à des défis multiples et à un poste avec une charge psychologique importante, les managers ont besoin d’un soutien individualisé pour développer leurs compétences et maximiser leur potentiel. D’après le baromètre Empreinte Humaine, 38% des managers sont en « surmenage » et plus d’un manager sur deux est en détresse psychologique en 2023. C’est dans ce contexte que le coaching intervient en entreprise. Il est un véritable accompagnement personnalisé qui vise à améliorer le bien-être des managers, et à nourrir son engagement et sa fidélité à l’entreprise. 

A l’instar de la formation, qui se focalise sur l’acquisition de connaissances théoriques, le coaching, lui, se concentre sur la mise en pratique des connaissances. Le rôle du coach est d’aider les managers à identifier ses points forts, ses axes d’améliorations et de définir également ses derniers objectifs à atteindre. Le coaching d’entreprise permet au manager de développer son leadership, d’améliorer sa gestion du stress et d’apprendre à gérer les conflits ou les situations délicates.

Le coach joue également un rôle dans la capacité à trouver le juste équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée des managers. Le coach se doit de devenir un partenaire de confiance qui accompagne le manager dans son évolution personnelle et professionnelle. Il se doit d’offrir au manager un espace de réflexion mais également de confidentialité où ils peuvent échanger sur les besoins et les aspirations du manager. 

Enfin, le profil type de manager qui a besoin de se faire coacher n’existe pas. Le coaching est bénéfique pour tous. Que ce soit pour développer une compétence, travailler sur le stress ou prendre un nouveau virage dans sa carrière, le coaching est un outil précieux pour le développement personnel des managers et l’amélioration des performances des équipes.

En conclusion, le manager occupe une position centrale dans la réussite des entreprises. En développant ses compétences et en s’appuyant sur le coaching d’entreprise, il devient un acteur clé de l’engagement, de la motivation et de la performance de ses collaborateurs, contribuant ainsi à la croissance et à la pérennité de l’entreprise.

Chez ETX Majelan, nous savons que la formation professionnelle est au cœur des préoccupations des entreprises et des salariés. Il n’est pas facile pour les collaborateurs de trouver le temps de se former et de rester à jour sur les communications internes, tout en libérant du temps pour soi. Pour répondre à ces problématiques, nous avons créé Majelan Pro, une solution qui permet aux entreprises de garder le lien avec leurs collaborateurs, en leur proposant des contenus audio premium, qui leur permet de s’informer, se former et se divertir en toute sécurité.

Découvrez l’interview de Sylvain Leray, Senior Engineering Manager et coach en entreprise chez ETX Majelan

Selon vous, quelle est la place du coaching dans l’amélioration de l’expérience collaborateur ?

La progression et l’apprentissage continu est un des 5 leviers de motivation les plus importants pour les salariés. Le coaching peut permettre aux salariés de prendre conscience de leurs forces, de leur impact, de gagner en confiance et d’être plus performants tout en étant plus épanouis. C’est un pari gagnant-gagnant pour l’entreprise et pour les salariés. Le coaching se positionne en complément de toutes les actions qui peuvent être menées par la DRH pour former les salariés.

Comment les dirigeants peuvent ils concrètement améliorer le bien-être et la performance de leurs équipes ?

Concrètement, un salarié épanoui travaille mieux. Un salarié en bonne santé est plus performant. Qu’il s’agisse de santé physique ou de santé mentale. Pouvoir se confier à une personne formée à écouter sans jugement, avec le sceau de la confidentialité est un cadeau immense. Le ROI peut être calculé sur le turnover, les arrêts maladie qui diminuent, une plus grande facilité à recruter des métiers en tension.

Quelles sont les principales résistances au coaching que vous rencontrez en entreprise ?

Les principales résistances sont liées à la méconnaissance du coaching, en particulier en France où la culture du coaching n’est pas encore implantée. Aux Etats unis en revanche c’est une norme d’investir sur soi pour sa propre réussite, le coaching est donc quelque chose de très naturel. Les résistances sont donc souvent formulées par des dirigeants qui n’ont jamais fait l’expérience eux même du coaching et qui donc ne peuvent pas percevoir de ROI. Le frein bateau est le coût du coaching, qui n’est pas neutre certes, mais lorsqu’on le met en balance avec le coût d’un seul départ puis recrutement évité par an, il devient dérisoire. Enfin, une dernière résistance est la peur que la confidentialité ne soit pas respectée. Les coachs correctement formés et qui adhèrent au code éthique de ICF (International Coach Federation) font de la confidentialité une valeur primordiale.

Avez-vous des conseils à donner aux dirigeants qui souhaitent améliorer l’expérience collaborateur dans leur entreprise ?

En phase de croissance ou de stabilité financière, faire appel à un coach professionnel est gagnant-gagnant. Les salariés seront plus épanouis, plus performants et pour l’entreprise, le recrutement sera plus facile et il y aura moins de départs et plus d’engagement des salariés. En phase de crise, faire appel à un coach peut également suppléer à un management défaillant. Bien souvent les managers sont désemparés et ne savent pas commencer gérer les émotions des salariés dans les temps difficiles car ils n’ont jamais été formés à ça. Les coachs eux en revanche sont formés à écouter. Faire appel à un coach peut donc permettre de stabiliser les salariés et éviter la panique.

Written by in / 1069 Views